Le cadre de partenariat pays pour le Maroc (2019 à 2024) a pour objectif primordial de contribuer à la cohésion sociale en améliorant les conditions de croissance et de création d’emplois et en réduisant les disparités sociales et territoriales.

La Banque mondiale au Maroc

Le paysage de l’emploi au Maroc

Le Maroc, c’est l’histoire profonde des Arabes et des Berbères, une architecture exquise avec des tuiles marocaines traditionnelles appelées « zellige », un marché traditionnel animé appelé « souks », et les majestueuses montagnes de l’Atlas. Ce pays d’Afrique du Nord est peuplé d’environ 37 millions d’habitants, dont 42,63 % font partie de la population active (% de la population âgée de 15 ans et plus). La Banque mondiale a récemment annoncé l’approbation d’un prêt de 450 millions de dollars US pour aider le Maroc à améliorer l’accès du public aux services financiers et numériques. Comme de nombreux autres pays, le Maroc a également souffert économiquement et socialement de la pandémie, touchant de nombreux groupes vulnérables tels que les femmes, les jeunes, les travailleurs informels et les propriétaires de petites entreprises.

Même avant la pandémie, les perspectives d’emploi au Maroc se caractérisaient par la lenteur de la création d’emplois, l’inactivité et la faible qualité des emplois. Dans un rapport récemment publié sur le « paysage de l’emploi au Maroc », les statistiques montrent que plus de 30 % des jeunes (15-24 ans) du pays ne travaillent pas et n’investissent pas dans le développement de compétences pour l’avenir. Ces personnes sont connues sous le nom de « NEET » (Not in Education, Employment, or Training). En outre, plus de 80 % des femmes en âge de travailler dans les villes marocaines ne font pas partie de la population active, et 55 % d’entre elles occupent des emplois informels (c’est-à-dire le travail agricole rural, l’auto-emploi, les micro-petites entreprises à faible productivité).

En particulier, dans les zones rurales, les femmes et les jeunes ont peu d’opportunités de formation avancée et, par conséquent, peu d’opportunités d’emplois qualifiés dans la région de leur communauté. Ce manque d’opportunités de qualité contribue au phénomène du mariage précoce, qui touche particulièrement les filles issues de milieux défavorisés.

L’état de la connectivité au Maroc

Au Maroc, seulement 53 % de la population rurale a accès à Internet, contre 72 % de la population urbaine (2018). La répartition par sexe de l’utilisation de l’internet est de 61,1 % pour les femmes, contre 68,5 % pour les hommes, ce qui montre qu’il existe toujours un écart entre les sexes en matière de connectivité.

Les citoyens marocains, indépendamment de leur situation géographique et de leur sexe, s’accordent à dire que l’accès à l’internet est important (41%) à très important (34%) dans les aspects professionnels de la vie. L’internet est un moyen reconnu d’améliorer ses compétences et permet l’apprentissage tout au long de la vie pour la majorité de la population. Par conséquent, l’accès aux ressources numériques et le développement de compétences numériques ouvrent la porte à davantage de possibilités d’emploi de qualité.

UNI au Maroc

En août 2021, Valentin Kravtchenko, PDG de Grey-box, s’est rendu au Maroc avec une organisation partenaire basée à Montréal – La Puce Ressources Informatique – pour un projet de partenariat international. Le projet visait à échanger des connaissances et des compétences avec une organisation basée au Maroc – EMESSE (Espace marocain de l’économie sociale, solidaire et environnementale), dans le but de mettre en place un programme de formation informatique pour les jeunes adultes qui auraient des difficultés à accéder au marché du travail.

En l’espace de deux semaines, M. Kravtchenko a eu l’occasion de donner un atelier sur l’alphabétisation numérique à un groupe de femmes âgées de 16 à 25 ans lors d’une visite du site du partenaire, au cours de laquelle il a également apporté UNI à tester sur le terrain. L’accès à l’Internet dans le bâtiment était limité en raison de la multiplicité des utilisateurs, et l’UNI de Grey-box a atténué la surcharge de connectivité en permettant à plusieurs appareils d’être connectés aux ressources disponibles. En outre, M. Kravtchenko a également formé les enseignants à diriger le programme de formation informatique sur les outils numériques tels que les médias sociaux et la vidéoconférence. Le programme a également abordé l’hygiène numérique et les pratiques sûres afin de créer un équilibre sain entre vie professionnelle et vie privée, d’éviter la cyberintimidation et de connaître certaines règles de base en matière de cybersécurité.

Plus important encore, Kravtchenko se souvient de discussions intéressantes au cours desquelles le groupe de femmes a partagé son expérience et ses relations avec ses outils numériques – et sa vie numérique – où son téléphone portable devient une extension naturelle de son comportement quotidien. Tous les membres du groupe savaient comment utiliser leur téléphone portable, mais tous n’étaient pas aussi à l’aise avec un ordinateur portable équipé de Windows. Alors que les applications de médias sociaux comme WhatsApp sont souvent incluses gratuitement dans leur plan Internet, le plan de données est souvent limité à quelques gigaoctets qui sont souvent utilisés au cours de la première ou des deux premières semaines. Dès que les groupes sont entrés dans le centre de formation, leur réflexe a été de chercher un accès WIFI.

« Avez-vous le WIFI dans votre école ? » a demandé M. Kravtchenko. « Bien sûr ! » répondent immédiatement quelques élèves, mais la conversation qui suit permet de comprendre que le WIFI n’est accessible qu’aux enseignants. Les étudiants devaient utiliser les données de leur téléphone – et ils les partageaient avec leurs amis en fonction de qui avait accès à quel type de forfait de données – et de leur budget.

Voici une photo du groupe de participants à l’un des ateliers – Source : La Puce

Pour conclure le voyage, l’UNI de Grey-box a également fait sa première apparition publique sous la forme d’une courte démo, capturée au cœur d’El Jadida, au Maroc, un site bien préservé de l’UNESCO qui est toujours habité par les habitants. Regardez la vidéo de démonstration dans laquelle Valentin explique les caractéristiques et les fonctions d’UNI (pour en savoir plus sur UNI et sur la façon dont votre organisation peut s’impliquer, cliquez ici).

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire d’UNI, n’hésitez pas à consulter la page du projet UNI.

Ressources supplémentaires

À propos de Grey-box

Grey-box est un organisme d’innovation sociale à but non lucratif qui vise à combler le fossé numérique mondial en matière d’éducation. La mission de Grey-box est de construire des outils numériques accessibles qui favorisent l’autonomie et la responsabilisation des communautés situées dans des zones reculées. Imaginez un monde où chacun pourrait avoir toutes les connaissances du monde à portée de main, sans avoir besoin d’un accès formel à l’internet. Grey-box s’efforce de faire de ce lointain fantasme une réalité. Notre produit, UNI, est un dispositif portable et peu coûteux qui peut être déployé rapidement, même dans les zones les plus reculées où l’internet est autrement inaccessible.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.